Portrait de Dany ERZBERGER, Responsable de chantiers chez Lucitea Atlantique et Sapeur-Pompier Volontaire

Sous les Feux de la rampe ! 29 ans et déjà 13 années passées au service des Sapeurs-Pompiers de Saint-Brévin-les-Pins.

13 Nov 2019

Un Engagement Personnel

Un rêve d'enfant

 L’engagement au service des Sapeurs-Pompiers est une histoire qui à commencée à l’âge de 11 ans pour Dany ERZBERGER.

« Je veux être Pompier plus tard » quel est le jeune enfant qui n’a pas évoqué ce rêve ? En montant dans le camion rouge des Sapeurs-Pompiers, Dany a eu cette envie, ce rêve d’enfant…, il avait alors 6 ans !

Devenir Sapeur-Pompier Volontaire

Déterminé, Dany entre à l’âge de 11 ans à l’école des jeunes Sapeurs-Pompiers. Chaque samedi, il se rend à l’école pour suivre assidûment la formation, encadrée par des professionnels et volontaires. Elle est composée de cours théoriques et pratiques, de sport (la moitié du temps) et d’enseignement sur les comportements qui sauvent. Mais également d’initiation aux valeurs liées à l’engagement citoyen. « à peine majeur, j’ai passé les tests de Sapeur-Pompier Volontaire. Ayant satisfait aux conditions d’aptitude physique, théorique et médicale et réussit l’examen, à 17 ans, je deviens Sapeur-Pompier Volontaire – 1ère classe ! » se souvient Dany ERZBERGER.

Un peu une double vie, un engagement fort, face à une crise des vocations

Donner de son temps pour porter assistance aux autres

« Il est parfois difficile de concilier la vie de famille, le travail et cet engagement de Sapeur-Pompier Volontaire, je crois que j’aurais beaucoup de mal à vivre sans. En effet, cette passion est une richesse en termes de connaissances, de découvertes, de sensations et de rencontres. J’ai besoin de donner de mon temps, de porter secours. Dans un monde ou l’individualisme se fait de plus en plus ressentir, il y a encore des gens qui acceptent de donner de leur temps pour porter assistance aux autres. J’ai souhaité intégrer cette grande famille des Sapeurs-Pompiers pour apporter mon aide aux autres » raconte Dany ERZBERGER. Il faut savoir que Dany est d’astreinte 1 semaine par mois, soit toutes les 4 semaines et les week-end de 7 heures à 19 heures à la caserne pour pouvoir prendre les interventions en moins de deux minutes. Il est d’astreinte de nuit et le soir à domicile. Être Sapeur-Pompier Volontaire c’est parfois être de garde le jour de Noël, ou le 1er de l’an, ou un autre jour férié… Ce sont toutes ces contraintes et l’individualisme grandissant qui freinent les vocations chez les jeunes aujourd’hui. « Le manque de disponibilité des Sapeurs-Pompiers Volontaires en France, me parait être une difficulté que nous devons prendre en compte sérieusement. Nous faisons de plus en plus d’interventions avec de moins en moins de personnels, nos équipes sont passées de 15 à 8/10 personnes et les départs à la retraite ont du mal à être remplacés. Il est exact que l’activité est rude, prenante, avec une formation et un recyclage permanent, dans des conditions parfois rudes », confie Dany ERZBERGER.

Ange du Feu, mais pas que…

J'adore cette activité, j'ai cette vocation dans le sang

Travail en équipe, analyse des risques, travail en hauteur, conditions physiques, patience, altruisme, ce sont des valeurs qu’il retrouve dans le cadre de ses fonctions de Responsable de chantiers chez Lucitea Atlantique. Son expérience acquise au sein des Sapeurs-Pompiers lui confère une certaine légitimité vis-à-vis de ses collègues et il peut donner son avis en matière de prévention des risques liés au travail. « On voit plus vite les risques et les conséquences que cela peut engendrer. Il faut systématiquement travailler en sécurité, anticiper et prévenir. Je suis davantage dans la prévention du risque que dans le réglementaire. En ma qualité de Sapeur-Pompier Volontaire, je suis confronté aux multiples risques, des explosions, des embrasements, des maisons qui prennent feu, la mort… ces conditions extrêmes me préparent également dans ma vie professionnelle et guident mes gestes de prévention ».

Une attitude bienveillance

« J’adore cette activité, j’ai cette vocation dans le sang. Je pense d’ailleurs qu’il faut être passionné pour l’exercer. Nous sommes au contact de personnes, toutes égales face aux multiples dangers qu’elles traversent. Nous entrons inévitablement dans la sphère de leur vie privée. Nous représentons la personne qui va éliminer le danger. J’ai fait des rencontres et j’ai connu des contacts humains exceptionnels. Mon meilleur souvenir outre les quelques interventions de départs de feux, ce sont les deux naissances auxquelles j’ai eu la chance de contribuer. Mon plus mauvais souvenir, parmi bon nombre, est l’intervention pour une mort subite du nourrisson. Mais au bout de toutes ces années d’intervention, j’arrive à prendre de la hauteur et dissocier ma vie personnelle, professionnelle et mes engagements en ma qualité de Sapeur-Pompier Volontaire.

À toute personne qui souhaite devenir Sapeur-Pompier, je dirais qu’il faut être patient, sportif, motivé, altruisme, engagé, et qu’il ne faut surtout pas hésiter à pousser la porte du centre de secours le plus proche de son domicile pour prendre des renseignements. Quand on porte l’uniforme on a vraiment le sentiment d’appartenir à une grande famille !  Être Sapeurs-Pompiers représente pour moi déjà la notion de rendre service ainsi que toute une liste de valeurs humaines telles que l’esprit d’équipe, la solidarité, la volonté, le dépassement de soi, l’humilité, et j’en oublie sûrement d’autres… » conclut Dany ERZBERGER.

Il faut savoir qu’on peut être Sapeur-Pompier jusqu’à 55 ans, nul doute que Dany voudra aller au moins jusque-là, malgré un contingent d’heures d’astreintes obligatoires portées à 160 heures par mois au minimum et les 12 heures de garde postées à la caserne par mois obligatoires. Cet engagement fort, lui vaudra d’ici quelques mois la médaille de bronze !

Voir tous les articles